Lab & collections 📸 Nadia Rabhi

Ce que la photographie reproduit à l'infini n'a lieu qu'une fois - Roland Barthes

Rencontres

Contexte : Marina Vento Di Maestrial, Trapani, Sicile, jour cinq de confinement à quai avec 2 policiers devant le bateau.
L’Usmaf ou le Ministero de la salute, voulait nous rejeter à la mer, nous avions essayé de trouver un mécanicien Sicilien pour réparer le moteur sans succès et n’avions pas le droit de sortir du bateau.

Pour positiver, m’occuper et braver un peu l’interdit 😉 j’ai décidé de portraitiser tous nos voisins de bateau et mis au point un mini protocole d’interview afin de comprendre en quelques mots quels étaient les ressorts de leurs voyages, comment s’étaient-il rendu propriétaires de leurs bateaux et que cherchaient-il à travers tout cela.

C’était aussi un exercice assez touchant de dons d’images et d’histoires. J’ai reçu toutes leurs informations avec beaucoup de bonheur, cela me permettait de les rencontrer « intelligemment » et j’en ai profité pour tenter de restituer ces instants magiques, instant T, lors de mes connexions sporadiques sur mon profil facebook dans un premier temps. Je savais qu’à terme, j’en ferais un mini portfolio.


# Rencontre #1 : Patrick @la Marina de Monastir — Tunisie

Patrick, ancien désigner industriel à la retraite, habite un Formosa 47 dont le nom « île » reste très évocateur..

Il est arrivé en 2014 à Monastir et n’est jamais reparti. « Et vive la vie » c’est ce qu’il dit.

# Rencontre #2 : Nicolas @la Marina Vento Di Maestrale — Trapani/Sicile

Nicolas, est Toulonnais et d’origine Sicilienne, il a 29 ans ans. Venu en vacances chez ses parents, il y a 11 ans, il a trouvé un job ici et y est resté.

C’est lui qui nous a accueilli à la Marina après nous avoir tracté avec son annexe lors de la panne moteur de voilier Silence..

Son métier est «Ormegiator» ( Il faut rouler les R;)) ou «bricoleur» Ce qui est assez drôle, puisqu’en effet, il s’occupe d’à peu près tout ici et place, sécurise, amarre tous les bateaux qui rentent entre yachts et voiliers.

Sa vie se partage entre la Marina et la Marina. Ses projets : travailler dans des Marinas, de plus en plus grandes ..

Il dit que Toulon lui manque mais que les filles sont plus belles ici;)

Sophia# Rencontre #3 — Sophia @ La Marina Vento Di Maestrale/Sicile

Sophia est notre ancienne voisine de marina.

Elle est propriétaire du restaurant Le Clif à Sidi Dhrif en Tunisie et maman de 3 grands enfants .. Née en Suède, elle y a vécu 22 ans avant de revenir au pays s’occuper des affaires de famille, un restaurant donc et deux complexes hôteliers à Hammamet..

Une histoire racontée autour d’un café dans son yatch de 15 mètres et après une « vraie » prise de vues.

Il parait qu’elle est une des 10 femmes les plus en vue de Tunisie, c’est sa fille qui le dit 😉

# Rencontre #4 - Yvan @ La Marina Vento DI MAESTRALE/Sicile

Yvan a 70 ans et est propriétaire d’un grand soleil, il vit à l’année à Trapani..

Il a mis 10 ans a tout larguer à terre et à organiser son premier voyage.. A fait des régates de hauts niveaux depuis ses 17 ans et de multiples métiers dont banquier et ingénieur ( why not 😉)
Il dit qu’il veut finir sa vie sur un bateau ..

# Rencontre #5 Dora et Eric — Marina Vento DI MAESTRALE

2 Marseillais du Frioul, partis depuis janvier 2021 sur un Atalia 32. Ils étaient régatiers d’origine avant d’être un couple .. La mer les a relié..

Dora est graphiste de métier et Éric est peintre en bâtiment. Ils sont sur le point de rentrer en France en passant par la Sardaigne. Il avait prévu de partir 1 an et ils ne se sont pas ennuyés..

Dora dit : Je suis aquatique à la base, avec un grand père marin de la marine marchande Polonaise et une tradition des grands chantiers Navals de Gdańsk mais j’ai pris la voile à Marseille.

Eric est plus autodidacte. Il dit : le chat sur un bateau, je ne conseille pas 🤣 ( dire que j’ai failli emmener le mien ;)))

# Du coup je reprends sur les dernières rencontres de Trapani pour terminer cette partie du voyage 😉

# Rencontre #6 Thierry @ La Marina Vento DI MAESTRALE

Thierry est propriétaire de Jobic 4, un voilier de 11,98 mètre qui a fait de multiples régates et dont le mât a cassé 3 fois.

C’est un bateau qui appartenait à son père et qu’il a repris avec son frère ..

Son projet est de partir aux Antilles l’hiver prochain, avec des équipiers. Comme sa copine travaille encore, c’est l’occasion de voyager seul et un projet qu’il fait pour la balade et non pour le challenge ..

Il dit : j’ai déjà failli mourir en parapente, je ne fais pas trop de projets ..

# Rencontre #7 Plastik Chouk au port de Monastir/Tunisie

Plastik chouk n’est pas un plaisancier mais plutôt un métier, aujourd’hui, disparu de France et qui mérite, pour le coup, la citation.

Plastic chouk répare tous les plastics, du pare-chocs de voiture à l’encadrement de fenêtre avec son petit fer à souder…

C’est à la fois magique et parfaitement décroissant, méga tendance donc 😂

#Rencontre #8 Nicki & Mike @ la Marina de Monastir/Tunisie

Australiens, ils viennent de Fremantle et voyagent depuis 10 ans sur un bateau qui s’appelle Zen again… Ils sont partis depuis 2015, ont vécu en Angleterre et depuis voyage à travers le monde.

Ils vont rester à Monastir jusqu’en octobre et si le Covid le permet ont comme projet de passer par le Maroc. Ils doivent sans cesse jouer avec l’espace Schengen pour lequel ils ont un visa touristique de 3 mois.

Nicki et Mike se connaissent depuis 28 ans elle dit qu’il vivra sur un bateau jusqu’à sa mort.

L'été des portraits

Au Suivant Poste

Précedent Poste

© 2022 Lab & collections 📸 Nadia Rabhi

Thème par Anders Norén